L'actu chrétienne du jour

Les Chinois qui étudient à l’étranger abandonnent la foi de retour chez eux

By  | 

Un grand nombre d’étudiants chinois qui se convertissent au christianisme à l’étranger, et principalement dans les pays anglophones, abandonnerait la foi de retour chez eux. Explications

Selon des statistiques du gouvernement chinois, près d’un demi-million de personnes ont fait leurs études à l’étranger, dont 328 000 aux États-Unis en 2015. Depuis 2010, cette tendance est d’ailleurs à la hausse : les jeunes Chinois sont ainsi de plus en plus nombreux à s’expatrier en Amérique, au Royaume-Uni, au Canada ou encore en Australie pour poursuivre leurs études.

Parmi eux, des dizaines de milliers se convertissent à la foi chrétienne, mais lorsqu’ils retournent en Chine (entre 2012 et 2014, près d’un million d’étudiants chinois seraient revenus), ils abandonnent souvent la foi.

Selon des bénévoles et missionnaires qui travaillent aux États-Unis, près de 80 % des étudiants chinois qui se sont convertis abandonneraient la foi lorsqu’ils rentrent chez eux.

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Premièrement, il faut beaucoup de temps pour que les étudiants retrouvent leur place dans un pays qui fait face à des changements économiques et sociaux rapides.

Deuxièmement, en raison de la répression du gouvernement chinois envers la religion, et particulièrement envers les églises de maison non enregistrées, le nombre d’églises peine à augmenter, alors que le nombre de chrétiens est en constante hausse. Les étudiants ont donc du mal à trouver une église mais aussi, et c’est le troisième motif de l’abandon de la foi chrétienne, à trouver une église dans laquelle ils se sentent à l’aise.

Entre le vécu de la foi à l’étranger et ce qu’ils découvrent en Chine, l’écart est si important que les étudiants, même lorsqu’ils trouvent une église qui les accueillent se sentent confus et frustrés. Ils sont confrontés à la froideur des chrétiens chinois qui, parce qu’ils vivent sous un régime répressif, sont prudents et souvent sur la défensive vis à vis des étrangers.

Enfin, les croyances ancestrales de leur famille peut également constituer un frein à continuer à suivre les pas de Jésus lorsqu’ils retournent dans leur pays d’origine.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *